ORIGINES ET PROPAGATION DU CHARANÇON ROUGE DU PALMIER

Rhynchophorus ferrugineus (Olivier, 1790), communément appelé Charançon Rouge, ou dans l’appellation selon les pays, Picudo Rojo, Becut Vermell, Morrut Roig, Picut Roig Punteruolo rosso, Escaravelho vermelho, سوسة النخيل الحمراء, Sosat al nkhil alhamraa est un coléoptère (scarabée) provenant du Sud-Est asiatique, qui s’est rapidement propagé en raison de sa grande capacité de multiplication et aussi parce que les protocoles conçus pour la gestion des spécimens infestés et le transport de ces spécimens vers des zones indemnes ne sont pas respectés.

Ce sont les raisons pour lesquelles le charançon rouge est présent dans toute l’Europe, en particulier en Europe méditerranéenne, bien qu’il ne soit pas exempté de sa présence en Europe continentale, où les températures hivernales sont bien inférieures à zéro degré Celsius. Les îles de la Méditerranée n’ont pas été épargnées non plus, et il est courant de voir des rangées de palmiers morts sur les promenades des villes touristiques, donnant une image désastreuse, pas du tout attrayante pour un tourisme de qualité.

Le cas le plus alarmant est celui des îles Canaries, où le palmier canarien , (Phoenix canariensis) est une espèce indigène.

La propagation mondiale reflète la capacité du fléau à se multiplier et à envahir de nouveaux espaces. Depuis l’Asie, l’Inde, les Philippines, le Cambodge, l’Indonésie, le Vietnam, le Japon, la Chine et la Thaïlande. Son implantation dans les pays du continent américain est irréversible. Le sud des États-Unis, l’Amérique centrale et le nord de l’Amérique du Sud connaissent sa voracité, qui est aggravée par la présence de son cousin germain, Rhynchophorus palmarum L. également connu sous le nom de casanga ou charançon noir, il est le vecteur du nématode Rhadinaphelenchus cocophilus (Coob), l’agent qui provoque la maladie de l’anneau rouge, la maladie des feuilles courtes (AR), qui est mortelle pour les palmiers car elle provoque la pourriture du bourgeon (PC).

La propagation mondiale est la preuve de l’échec des contrôles et des intérêts commerciaux qui ont conduit à ce que le charançon rouge soit aujourd’hui une préoccupation pour les particuliers, les professionnels et les administrations qui sont obligés de disposer de ressources pour éviter la perte de spécimens difficilement substituables et mettent en danger les moyens de subsistance des agriculteurs producteurs de dattes, d’huile de palme ou de noix de coco et de leurs produits dérivés.

La situation actuelle fait qu’il est impossible de songer à éradiquer le charançon rouge et nous devrons vivre avec ce fléau, en concentrant nos efforts sur sa maîtrise et la réduction de son impact.

Étant une espèce envahissante, il n’y a pas de prédateurs qui puissent aider à ralentir sa propagation.

CARACTÉRISTIQUES ET SYMPTOMATOLOGIE DU CHARANÇON ROUGE

Le charançon rouge est un coléoptère (scarabée) de la famille des curculionidés (charançons).

La caractéristique de ce genre est que les dégâts sont causés par les larves qui, en se nourrissant, creusent des galeries à l’intérieur du palmier, causant des dommages irréversibles jusqu’à la mort du spécimen, soit par la perte du bourgeon apical, soit par des maladies fongiques associées à l’attaque.

Bien qu’il soit capable de causer des dommages à une multitude de palmiers, ses favoris sont : Phoenix canariensis (Palmera canaria), Phoenix dactylifera (Palmera datilera), washingtonias sp.,Coco nucifera (Cocotero), Elaeis guineensis (Palma africana), Butia sp., y otras palmeras en menor medida.

La symptomatologie varie selon l’espèce et le point où l’attaque se produit, bien qu’il soit courant de voir l’apparition de feuilles rongées, le jaunissement des feuilles tendres, des exsudations gommeuses, de la sciure, etc. (VOIR : https://www.sospalm.com/fr/sintomas-de-picudo-rojo-en-palmera-canaria-phoenix-canariensis-2/), quoique la chose la plus compliquée soit la détection précoce de l’attaque, puisque les symptômes sont généralement visibles plusieurs mois après le début de celle-ci. C’est pourquoi il est recommandé de procéder à des contrôles périodiques et à des traitements préventifs.

Lorsque le symptôme apparaît sur un palmier, il est habituel que les palmiers voisins subissent déjà la même attaque, même si ce n’est qu’à un stade moins intense, les traitements doivent être effectués à tous les spécimens de l’environnement.

CYCLE BIOLOGIQUE DU CHARANÇON ROUGE DANS LA RÉGION MÉDITERRANÉENNE

CYCLE BIOLOGIQUE DU CHARANÇON ROUGE DANS LA RÉGION MÉDITERRANÉENNE

EFFETS DU PICUDO ROUGE À PALMIERS

TU AS UN DOUTE A PROPOS LE CHARANÇON ROUGE?

TROUVE LA RÉPONSE DANS NOTRE PARAGRAPHE DE QUESTIONS FRÉQUENTES